La beauté est-elle mâle vue?

Portrait_de_Laurent_Delahousse

Laurent Delahousse, présentateur du journal du week end de France 2.

La beauté masculine est-elle un vilain défaut?Depuis quelques années, notre paysage politico-médiatique a vu apparaître un florilège de beaux garçons. Et à chaque fois c’est à coup de railleries jalousement moqueuses qu’ils sont accueillis.

Laurent Delahousse est peut-être le porte drapeau le plus flagrant de cette haine du beau. Pourtant inventeur d’un nouveau format de journal, et instigateur d’un ton décalé qui le démarque de ses rivaux, Laurent Delahousse n’a que ses scores d’antenne pour appuyer sa crédibilité. Son talent journalistique ? Une « belle gueule ». Sa place au JT de France 2 ? Sa « belle gueule ».Son succès d’audience ? Même cause, même effet.
Et il en est ainsi pour tous les hommes atteints de ce «mâle».

                   JEUNE PREMIER CHERCHE TALENT

Léonardo Di Caprio aura dû enchaîner les films complexes aux rôles qui l’étaient encore plus, tout en liant son nom à ceux des plus grands réalisateurs, pour être considéré comme un acteur à part entière.
Brad Pitt n’aurait jamais été dépucelé de son rôle de beau blond nian-nian s’il en était restée à  « Légende d’Automne ». Remarquez par contre que pour Georges Clooney, les choses ont été différentes. Pédiatre (déjà) tombeur dans la série URGENCE, il n’aura jamais eu à forcer son talent (réél) et ses productions pour devenir un homme légitimement estampillé « homme à femme et à cerveau ». Comme quoi, la blondeur semble avoir les mêmes vertus néfastes qu’elle soit masculine ou féminine. Un brun, comme une brune, aura toujours moins de preuve à apporter pour asseoir sa compétence. Je vous avoue que si le brun en question est quelconque voir carrément pas terrible, les choses s’arrangeront pour lui. Particulièrement s’il est dans un domaine où l’intelligence doit se lire sur son visage avant même d’être découverte sur un CV. Moins sûr pour la brune, n’exagérons rien.
Mais même dans certain domaine où la fulgurance d’esprit n’est pas votre principale atout pour réussir, la beauté masculine dérange. Non pas les femme, mais les collègues masculins, les co-listiers, ou les co-équipiers. Yoann Gourcuff par exemple, aura eu bien du mal à prouver son talent footballistique au-delà de ses beaux yeux verts.

                                   CASSE TOI PAUV’ BEAU

Cette nouvelle vérité semble se propager à notre paysage politique. Mais là, attention, être bel homme vous assurera d’un avantage certain….avec l’électorat féminin. Mais qu’en est-il de des mâles votants? Et bien ils s’étouffent en découvrant les photos de Closer lors de leurs petits déjeuners du vendredi matin. QUOI?? Une si belle fille avec F.H?(Nous tenons à l’anonymat de nos sources). Qu’a t-on entendu de plus affûté en commentaire politique sur cette love affaire? « A croire que le pouvoir rend beau! » Une pointe de jalousie de la part de nos hommes frustrés d’être avec une brunette blogueuse et non une blonde actrice? NON! Pas de ça chez nous, la jalousie vous est exclusivement réservée mesdames! Contentons nous de ne pas relever.

                     UNE BEAUTE POLITIQUEMENT CORRECTE

Car si encore de nos jours, Michel Sapin avec son crâne chauve et son bidon semble plus ministrable que François Baroin,  avec sa voix chaude et son visage de playboy sage, tout semble à croire que les choses sont en train de bouger… Un physique avantageux semble devenir un atout pour être ministrable. Il serait donc loin le temps des politiciens bedonnants et vieillissants sur le péron de l’Elysée…Chouette!

Mais attention à toi, jeune loup politique physiquement correct voir plus si affinités, tu devras montrer patte blanche!
Car un bel homme reste suspect. Aux yeux de qui ? Aux yeux des autres hommes d’abord qui s’unissent d’une seule et même voix pour dénoncer l’intrus. Et des femmes ensuite qui n’écoutent guère son propos, qui se laisse plus volontiers guider vers de tendres rêveries romanesques ou… plus ou moins romanesques suivant les cas quoique toujours allongées…  « Laurent de la mèche » est devenu la cible préféré du journaliste (mâle) politiquement correct. On nous a longtemps persuadés que la jalousie était une vertu féminine, preuve est donc faite qu’elle est mixte.
En effet autant de moquerie masque mal une méfiance collective à l’égard de celui qui, en plus d’être beau, est bon.
Et c’est peut-être là que le bas blesse. Si Laurent Delahousse s’était avéré un piètre journaliste, François Baroin un sot, ou DiCaprio un bien mauvais acteur, les mauvaises langues n’auraient eu qu’à se délecter de cette certitude selon laquelle il ne doit sa place qu’à son physique.Remarquez que le manque d’efficacité de Yoann Gourcuff ne lui a pas rendu service et n’aura eu que l’écho de sa supposée homosexualité pour faire parler de lui. Pensez donc, un beau garçon au longs cils cachant de beaux yeux verts dans des vestiaires, forcément c’est louche. Non messieurs, c’est moche.
Car en cas de faillite du « beau », l’affaire est vite classée en quelques jours, et un remplaçant compétent et forcément plus « passe partout » aurait repris de façon méritoire le siège de l’usurpateur.On gloussera qu’on « l’avait bien dit » de part et d’autres des commentateurs masculins, vilains donc forcément compétents. Et les choses rentreront dans l’ordre. Car un moche ne peut avoir que du mérite. Un beau, du piston. Si cette logique est vraie pour les deux sexes, tout le monde s’entend sur le fait que la femme est d’abord jugée sur son physique dans les métiers de l’image. Et ce depuis des lustres. Et avouons que ça ne choquait personne tant que c’était dans ce sens là. Vous étiez pas terrible mais compétente? Désolée, une autre vient de prendre le poste… Vérité centenaire  que plus personne ne semblait décidé à remettre en cause. Pas même les femmes!
Mais là, ce sont de ces messieurs dont il s’agit. Dès lors, ça ne fait plus rire personne. A part peut-être les femmes! Quoi? Il faudrait être beau pour réussir? Et oui, messieurs, depuis le temps qu’on vous le dit.

                                 SOIT BEAU ET CHANTE!

Même dans le chant lyrique, autrefois chasse gardée des Rondelettes et autres Pavarotti, la sélection se fait dorénavant sur présentation d’un joli minois. Et pas de différenciation de sexe, tout le monde dans le même moule! Et pas gros le moule, on vous remercie. Pour vous faire une idée, regardez la dernière édition des victoires de la musique classique diffusée en février pour vous faire une idée.
Si on ne peut pas encore crier « HOURRA! » car nous restons plus que jamais touchée par ces diktats, nous avons au moins la satisfaction de nous dire que dans cette société de l’image, tout le monde est dans le même panier… Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’égalité?

Dans cette nouvelle réalité, Laurent Delahousse serait le plus bel avatar de l’égalité homme-femme dans tout ce qu’elle a de plus physiquement correct et de jalousement enviée.

PERRINE VASQUE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s