Rétrospective 2013 : Parlez moi d’amour

« On ne m’ y prendra plus » Voilà ce que s’est dit le client de prostituée en cette fin d’année. Car désormais, être pris la main dans le sac (ou ailleurs) est passible d’une grosse amende. Et si le montant de 1500 euros peut être surmontable pour beaucoup, l’embêtant sera d’expliquer ce trou là (et les autres) dans le compte commun. Et oui vous n’aimez pas faire les comptes.CQFD. Ils croient donc que pour cette bonne raison là (ça a bien marché pour les radars) la fin de la prostitution c’est maintenant. Et puis vous, toujours aussi flegmatiques, vous me direz qu’on n’est plus à une promesse non tenue prêt.
Et je vous répondrai que ce n’est pas faux.Même un peu vrai.
Alors revenons un peu sur LA loi 2013 qui, a défaut de nous parler d’amour, nous a parlé des femmes.

Alors que peut on retirer de ce débat aussi passionné que passionnant?
Et bien qu’il aura replacé la victimisation des femmes au coeur de l’actualité. Mais justement, n’a t-on pas tout mélangé? Cette question était elle vraiment le centre de la loi? Et surtout, a trop victimiser les femmes, ne les rend on pas plus victimes encore?
Reprenons depuis le début. Cette loi, portée par la ministre des droits de la femme, Najat Vallaud Belckacem a pour but de pénaliser les clients des prostitués, à l’inverse de ce qui se faisait jusque là où seule la prostituée était reconnue coupable de son délit.
Et la riposte du gouvernement face à tous les détracteurs (nombreux) de la loi était la lutte contre la traite des femmes, et par ce moyen, la lutte contre la violence faite aux femmes.
Mais à y réfléchir, en quoi pénaliser le client assurerait  à la prostituée plus de sécurité? N’est on pas en droit de penser que cette mesure les rendrait encore plus invisibles, plus cachées, et donc plus exposées au danger? Pourquoi, si le seul intérêt des femmes est en cause, ne leur donne t-on pas les moyens d’exercer leur métier  tout en étant encadrées par la loi? Déclarées, visibles, sous le sceau de la légalité, de la médecine, de l’hygiène, des soins, du soutien et du respect de la société….?
Mais pour tout cela, faut-il encore regarder le problème dans les yeux. Et au sommet des bureaux nappés d’or de l’Elysée, regarder les problèmes dans les yeux, on n’aime pas trop ça, on préfère les éloigner et les pousser jusque dans les sous bois sombres des parcs boulognais ou vincennois. Du jour au lendemain, donc, sans prendre aucune mesure en amont afin de les délivrer de leurs bourreaux, les prostitués n’auront plus de clients. Pour sûr, question ré insertion sociale et aide aux femmes en détresse, il y a plus efficace. Difficile d’imaginer que leurs bourreaux- proxo vont un beau matin les laisser libres et en paix en leur disant « bonne chance, et surtout prends soin de toi! »

images

Si les clients se font rares, l’argent se fera rare. Et tout ceci semble plutôt bien parti pour entraîner encore plus de violence à l’encontre de ces femmes qui ne rapporteraient plus assez d’argent.  Ne vont ils pas encore plus les utiliser à leur guise dans l’ombre, sans aucun contrôle de l’état?

Le seul point positif de cette mascarade à mes yeux est le décret qui permet aux filles esclaves qui le souhaitent de se « rendre » en bénéficiant ainsi de papiers, de protection et de légalité. Enfin! Mais comment vont elles le faire? Victimes de réseau et pieds et poings liés, qu’est-il mis en place pour qu’elle puisse reprendre leur liberté?

Au mieux cette mesure de pénaliser les clients auraient été un bon article dans un projet de loi plus construit, plus complexe qui prendrait en charge celles qu’il va laisser au bord de la route (pardonnez moi l’expression). Mais en aucun cas, une loi à elle seule!

Le deuxième point noir de ce débat a été à mon sens le discours inapproprié et franchement désuet des féministes.
Qu’avons nous entendu lors de ces semaines de soutient à ce projet de loi? Des mots aussi galvaudés et atroces tels que « domination masculine, femmes victimes ». Je pense que si l’on s’en tient à ces propos, on fait abstraction de tout un pan de la prostitution: la pauvreté grandissante, l’exclusion massive d’une partie de la population. Ces réseaux ne sont-ils pas, au final, la résultante de dizaines et dizaines d’années d’hypocrisie face à la prostitution? Si dès le départ nous l’avions encadré, accepté et légalisé, cette traite des femmes serait elle aussi importante aujourd’hui? Les réseaux mafieux se seraient ils emparés du phénomène si les états encadraient réellement et efficacement la prostitution?
Mais revenons en à la victimisation des femmes et à la domination masculine Je crois qu’il serait temps que les féministes comprennent que les combats et slogans des années 60 n’ont plus d’écho aujourd’hui.
Et je crois que cela a été le problème dans tous les débats concernant les femmes cette année en France.

Quelle jeune fille en 2013 et bientôt 2014 se sent encore concernée dans la cour de son lycée par « la domination masculine » ? A l’heure où elle sait se défendre tout autant que ses frères et remettre à sa place les empêcheurs de tourner en rond encore plus violemment souvent que ces congénères mâles? Bien sûr, des inégalités demeurent encore entre les hommes et les femmes, bien sûr les clichés et autres habitudes sexistes sont difficiles à perdre (cf les autres articles de ce blog), mais tout de même, ne parlons plus de « domination masculine » de grâce!
si la femme veut être l’égale de l’homme, qu’on arrête de la considérer comme sa victime. D’ailleurs, c’est un statut que les femmes ne revendiquent plus aujourd’hui. Malheureusement, c’est encore le seul slogan des groupes féministes.

Pourtant, nous avons encore besoin du féminisme. Mais je crois que leur erreur est de continuer à opposer sans cesse homme et femme. A rendre l’un responsable de tous les maux de l’autre. Car la prostitution est due à la violence et la précarité de la société aujourd’hui, bien plus que par la domination masculine.

L’abécédaire qui a été mis en place par la même ministre des droits des femmes dès la maternelle pour aider à former les enseignants très tôt contre les clichés filles/garçons est là une vraie avancée. L’avenir d’une vraie égalité.Faites donc construire des écluses aux petites filles et faites rêver les garçons en attendant leur princesse dans le donjon! (cf article de ce blog sur noel 2013).

Alors mesdames, messieurs, apprenons des erreurs de 2013 pour faire de 2014 une année clef où les Hommes auront enfin compris que leur salut passera par l’égalité, la fraternité et pour les plus chanceux, par la liberté.

ET PUIS QUOI D’AUTRE EN 2013?

Le pape François

Malgré un pape fraîchement élu et d’apparence très progressiste, on a pu se rendre compte cette année qu’il restait encore à l’Eglise un bon bout de chemin avant de considérer les femmes autrement qu’en femme soumise, mère de la nature et du Bon Dieu.
Si notre nouveau pape a l’air bon et décidé à dépoussiérer les vieilles coutumes et vieux privilèges d’une Eglise empêtrées dans ses pêchés, il ne semble pas pour autant prêt à nous faire une vraie place.
Peu importe, nous avons l’habitude des embûches, les surpasser nous a mené là où nous sommes aujourd’hui.

L’Inde s’enfonce dans ses violences

Premier chiffre alarmant en Inde : Il manque 49 millions de femmes. Les infanticides et autres avortements sur les filles en seraient la cause. Des dots pouvant s’élever à plus de 10 000 euros pousseraient les familles à éliminer les filles avant ou après leur naissance car les marier coûte trop cher et ne pas les marier n’est pas une solution envisageable en Inde. (cf article « Inde: les femmes en péril »)
Deuxième chiffre alarmant : le nombre de viols, d’agressions sexuelles et de violences faites aux femmes dans ce pays noyés de traditions patriarcales. Là, le mot est juste. Si les assassins de la jeune étudiante de Dehli violée et torturée dans un bus en décembre 2012 ont été condamné à mort cette année, un nouveau drame sexuel vient de frapper les jeunes indiennes, à quelques jours de la fin de l’année, et à quelques jours de la date anniversaire de la martyr de Dehli.

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/12/27/une-indienne-victime-d-un-double-viol_4340908_3216.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s