Noel 2013: Les petites filles veulent construire des chateaux, plus y attendre le prince.

Quand le combat contre le sexisme sert les intérêts de la pub! Mais même si cela n’est que marketing, ces bouffées d’évolution font tout de même du bien à mon petit coeur épris d’égalité!
Dans ce spot, on voit des petites filles s’ennuyer ferme  devant des programmes télé de princesses et consort. Elle décident alors de se lancer dans un  jeux de construction grandeur nature, avec casque de chantier, marteaux et ciment : les Village People version autorisée au moins de 12 ans.
Car oui, je le dis Haut et Fort, le sexisme dans les jouets : ça suffit!

Car si quelques rares ingénieures tels que Debbie Sterling se lance dans la production de jouets de construction pour les filles, force est de constater  le paléolithisme avec lequel sont conçus nos jouets d’enfance.

Depuis la rentrée 2013, le projet « abécédaire » lancé par le gouvernement a été mis en place dans les écoles et ce dès la maternelle.
En quoi cela consiste?
A effacer toute forme de préjugés sexistes véhiculés dans les jeux et cour de récréation dès notre plus jeune âge. En modifiant les comportements, et en multipliant les jouets mixtes sans distinction de sexe, en mélangeant les genres et surtout en formant les instituteurs/trices à être très vigilants sur cette question.

Belle initiative.
Mais le plus gros du travail se fera sans aucun doute auprès des parents. Et c’est en cela que le marketing commercial peut venir à notre secours.

Jocelyne a deux enfants. Le premier est un garçon. Je vous passe l’immense déception due à cette nouvelle car ma Jocelyne avait toujours voulu une fille. Et pour ELLE, Jocelyne avait de très grandes ambitions : rose aux pieds, rose aux pyjamas, roses aux manteaux et bien sûr, roses aux robes.
Donc lorsque cette petite fille a fini par naître quelques années plus tard, la vague rose a commencé son Tsunami sur la pauvre enfant marquée très tôt du sceau « Tu seras une princesse ma fille ».
Et puis un jour, le miracle se produit : la petite met une fausse poupée dans son couffin et comment à la bercer. Et sa mère de s’exclamer, larme à l’oeil et rose aux joues « Mais c’est pas possiiiiible, c’est dans les gênes!! »

Bien sûr, au fond de moi je me suis fâchée tout rouge, pardon tout rose, face à ce théorème du « gène de la poupée ».
Et depuis je m’interroge.
Est-on sûr que son fils Charles, 5 ans plus tôt,  n’a jamais au grand JAMAIS bercer une fausse poupée dans son couffin pour imiter sa mère?
Nul ne peut en être sûr, car s’il l’avait fait, le geste serait passer inaperçu, voire accidentel, voire incident diplomatique qu’on aurait caché à la famille toute entière tant Jocelyne aurait aussitôt eu des doutes sur les futurs penchants sexuels de son fils.
Et oui, ça va très loin.
Pourtant, elle aura tout fait comme il fallait Jocelyne: pantalon bleu, Tee shirt Spiderman et cartable Cars. On ne peut pas faire plus « futur hétéro ».

Et ça y est, le miracle s’est produit : Charles aime les motos, comme son père.
Quand un jour il me dira « tu cours vite pour une fille » (à 6 ans) j’allai ajouter « macho » sur le futur profil facebook de Charles.
Il aura été formaté comme ça. La biologie n’a rien à voir là dedans. Ses parents continueront à être fiers de sa passion des motos offrant au plus offrant leur sempiternel « c’est dans les gênes ».
Et plus jamais on ne reparlera de cette petite poupée qu’il a un jour bercer ou non.

Car si la nature forge le caractère des enfants sans que l’on y puisse (presque) rien, aucun programme génétique n’est intitulé « Formule 1 » dans les gênes des garçons et « Barbie part au ski » dans celui de leur petite soeur.

Heureusement, beaucoup de parents ont aujourd’hui compris ces inégalités et les gomment. Mais convenons qu’il n’est pas évident d’aller acheter une robe de princesse  à un petit garçon dans le rayon de Jouet Club.
Satanés rayons de jouet,  marqués du Sacro Saint « FILLE » tout de rose vêtu et d’un bleu/noir/pas chouette « GARCONS » dont la frontière entre les deux semble plus difficile à traverser que l’espace Shengen lui même.
Pas question de mixité. Passeport, s’il vous plaît?

Mais loin de moi l’idée de faire la leçon à qui que ce soit .
Mon neveu en est témoin.
Lui qui m’en avait commandé un déguisement de« fille » pour ses 4 ans,  s’est retrouvé in fine avec la panoplie du parfait pompier.
Je n’ai pas osé. Non pas que je me fasse du souci pour son futur sexuel (il en fera bien ce qu’il en voudra), mais je me suis inquiétée du regard des autres.
Du Regard du vendeur de Jouet Club.  Et surtout, du regard de ces petits camarades dans la cour.
Car si lui n’y voyait pas de mal, la propagande parentale est déjà en bonne marche dans les écoles maternelles.Et il en serait donc ressorti meurtri. Pour l’épargner, je le standardise à des normes sexistes auxquelles je suis farouchement opposée.
Vilaine tatan. Militante à la mord moi le noeud.

Alors chouette votre pub les filles sur la construction (ou la destruction) du château de la Godiche au bois dormant, mais à quand la robe de Cendrillon pour garçon de 3 à 10 ans en vente dans tous les magasins?

Affaire à suivre…

Perrine Vasque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s